A la faveur d’un article à rédiger pour Jogging International, j’ai eu l’honneur de m’entretenir avec un champion d’ultratrail : Sébastien Chaigneau. Victime de sérieux problèmes de santé l’an dernier, le vainqueur de la Hardrock 100 et de la TransGranCanaria en 2013 a dû mettre sa carrière entre parenthèses quelques mois, le temps de se requinquer. En ce lundi matin, tout juste de retour d’un entraînement de 40 km à ski de fond, Sébastien m’a gentiment raconté sa reprise sportive.
Sébastien Chaigneau, ravitaillé par son père sur l'UTMB 2012.
Sébastien Chaigneau, ravitaillé par son père sur l’UTMB 2012.
Pendant combien de temps n’as-tu pas couru ?
« J’ai complètement coupé avec la course à pied pendant près de trois mois, mais mes difficultés auront duré au total plus de dix mois. En accord avec mon entraîneur et mes préparateurs, j’ai décidé de reprendre l’entraînement car mes paramètres physiologiques indiquaient que je me trouvais en désentraînement. Autrement dit, ma VFC (variation de fréquence cardiaque) révélait des résultats de plus en plus mauvais. Il fallait donc que je recommence à courir. » 
Comment se passe cette reprise ?
« J’ai commencé par faire uniquement des footings. Je sortais tous les jours et courais de 10 à 25 km, à la sensation, sans recherche d’allure et sans fractionné. Aujourd’hui, je cours davantage comme je conçois la course à pied et la course en montagne, c’est-à-dire en étant capable de courir correctement sur des terrains montagnards. J’éprouve un immense plaisir à courir de nouveau. »
As-tu défini des objectifs pour la saison 2015 ? 
« Non. Nous avons décidé de ne fixer aucun objectif et aucune échéance pour l’instant. Tant que je ne me sens pas capable de courir normalement, aucune course ne sera inscrite à mon planning. J’aviserai au fil de l’année, en fonction de mon évolution. Une chose est sûre : j’ai profondément envie de revenir et de réaliser de nouvelles performances. »
Publicités