Pensionnaire de l’équipe de France de course en montagne, Lucie Jamsin a remporté haut la main le Marathon des Causses fin octobre. Une victoire pour le moins prometteuse car la jeune athlète bouclait ce jour-là son premier trail ! La pouliche de Philippe Propage, sponsorisée par Kalenji, m’a confié quelques impressions. Et autant vous prévenir : il faudra compter sur Lucie dans les années à venir !

lucie-2

Depuis quand appartiens-tu au team Kalenji ? Comment y es-tu entrée ?

« Je suis entrée dans le team Kalenji en octobre dernier. J’ai été contacté par Olivier Laboussole en juillet 2014, puis nous nous sommes rencontrés pour un premier footing. Cela a été l’occasion de faire connaissance. Olivier voulait connaître mes projets sportifs à moyen et long termes. J’ai compris que la marque cherchait une athlète à suivre sur plusieurs années et avec un projet réfléchi. L’objectif du contrat est donc d’écrire une belle histoire ensemble. Kalenji suit ses athlètes à travers ses projets et l’accompagne dans ses démarches. » 

Comment fonctionne le team ?

« Nous ne sommes que quatre athlètes dans le team trail : Thierry Breuil, Isabelle Jaussaud, Benoit de Préville et moi-même. Nous avons donc la chance d’être chouchoutés par l’encadrement et l’ensemble des Kalenjins. Il n’y a pas de rassemblement entre athlètes à proprement parler, mais nous nous voyons régulièrement pour échanger, notamment sur les produits. Il n’y a ni équipe médicale et ni entraîneur désigné, mais Philippe Propage (qui est mon coach ainsi que celui de Thierry Breuil) fait partie intégrante du team puisqu’il réalise des plans d’entraînements mis à disposition de tout public sur le site internet de la marque. Avoir Philippe Propage comme entraîneur est un gros avantage puisque cela permet de faciliter encore plus l’échange entre les trois parties, à savoir le team, l’entraîneur et moi. »

Quelles sont les contraintes liées au team ? Ou plutôt à quoi t’engages-tu quand tu entres dans le team ?

« Effectivement, je ne veux pas parler de contraintes puisque, pour moi, il s’agit d’un échange de services. Quand on fait partie du team Kalenji, on s’engage à travailler en collaboration avec les équipes de développement. La marque me fournit l’ensemble des équipements textiles et des accessoires dont j’ai besoin. En contrepartie, je donne mon avis sur la qualité des produits. L’objectif pour nous tous est de tester pour corriger si besoin, dans une logique de perfectionnement du matériel. En mettant les produits à l’épreuve de mes entraînements et de mes compétitions, je présente très objectivement mes attentes en matière d’équipement. Par ailleurs, Kalenji est partenaire de certains trails. Olivier Laboussole me propose donc d’y participer mais il n’y a aucune obligation. Si les dates ne collent pas avec le calendrier ou les objectifs que je me suis fixés, alors on s’arrange. Mon calendrier 2015 sera proposé à Olivier et nous le validerons ensemble. »

Que t’apporte l’appartenance au team ? 

« J’ai connu Kalenji grâce à Philippe Propage et à Thierry Breuil. Cela faisait un bon moment que je rêvais d’intégrer l’équipe car j’y retrouvais l’ensemble des valeurs que je recherche à travers la pratique de la course à pied : l’échange, la convivialité, la possibilité de faire de belles rencontres. Les Kalenjins sont vraiment des gens exceptionnels. Depuis que je les ai rejoints, j’ai redécouvert mon sport et je suis maintenant persuadée de courir en équipe. Lors de mes séances, j’ai toujours une pensée pour ceux qui me soutiennent, mes proches bien sûr, mon coach, et maintenant mes partenaires. J’ai vécu un moment inoubliable et magique lorsque la marque m’a présentée officiellement aux équipes de travail. C’était en novembre. Cela restera gravé dans ma mémoire. Un accueil majestueux, à l’image de leurs personnalités. Bien évidemment, Kalenji m’apporte également tout ce dont j’ai besoin en termes d’équipement vestimentaire et d’accessoires. Je bénéficie aussi de son soutien logistique et financier lors de mes déplacements, et même au quotidien. Bref, je ne manque de rien et tout est réunit pour réaliser mes projets. J’ai la chance aussi d’avoir Thierry Breuil à mes côtés dans le team. Thierry est vraiment ouvert. Il est très accessible et ses conseils sont précieux. Je l’appelle souvent pour éviter les erreurs de base des débuts en trail. Il est toujours à l’écoute, j’ai une chance inouïe ! »

lucie

Appartenir au team t’a-t-il permis de découvrir des produits (Kalenji ou marques partenaires) ? Quels sont tes produits fétiches ou ceux qui t’ont le plus étonnée ?

« Depuis juillet dernier, je n’utilise que des produits Kalenji… et j’en suis vraiment satisfaite ! La marque a développé des produits de très bonne qualité. 

Pour commencer par les chaussures (le plus important pour un coureur !), je cours avec les Kip Race 2. C’est une chaussure de trail qui présente toutes les caractéristiques que je recherche : stabilité, légéreté, flexibilté, accroche. J’ai couru des courses de montagne avec (format court, avec gros dénivelé positif et négatif), mais aussi le Marathon des Causses (38 km). Sur des formats complètement différents, la chaussure me convient parfaitement. La Kip Race 2 est donc extra !

Petit exemple de produit que j’aime beaucoup : le sac Trail 5L qui est très léger et placé haut sur le dos. J’ai tendance à l’oublier complètement !

Ce qui m’a surprise chez Kalenji, ce sont les gammes complètes qui sont présentées. Aujourd’hui, Kalenji équipe aussi bien l’enfant que l’adulte, la femme que l’homme, du coureur débutant jusqu’au champion, et aussi les coureurs diurnes et nocturnes. Nous sommes vraiment dans la recherche de la résolution de la problématique même de la course à pied : pouvoir courir, toute l’année, en toute saison, à toute heureJe pense que la course à pied est un sport fabuleux car on peut le pratiquer partout, tout le temps. Peu de contraintes s’imposent au coureur. Par contre, il est important de courir avec un maximum de confort si on veut l’apprécier à sa juste valeur. C’est ce sur quoi porte le travail de Kalenji. J’adore ! »

Quels sont tes objectifs pour 2015 ?

« En 2015, mes objectifs seront de suivre le Trail Tour National Long. Cela passera par le Gruissan Phoebus Trail, Tulle Brive… Je serai également aux Championnats de France de course de montagne le 7 juin. A l’automne, je serai aux Championnats de France de trail long au Sancy ou alors je préparerai la Grande Course des Templiers (72 km). »

Quels conseils et astuces aurais-tu envie de partager avec les coureurs ?

« En matière d’hydratation : l’hydratation est essentielle pour le coureur. Elle ne doit jamais être négligée. Pour ma part, c’est environ 3 litres d’eau par jour. 

Côté nutrition, même chose : il faut être vigilant pour apporter tout ce dont le corps a besoin pour se régénérer. Pas de régime, mais une alimentation variée et équilibrée. Pas de frustration non plus. Je ne me prive de rien, mais je fais attention. J’essaie de limiter les excès, ce sont eux qui dérangent le plus. Je prends un petit déjeuner très copieux. Je mange des féculents le midi, jamais le soir, et je prends un en-cas avant ma séance dans l’après-midi (un fruit ou une barre protéinée). Je respecte une règle : jamais de lait ! Mon régime alimentaire se compose en grande partie de fruits et de légumes. Je mange pas mal de protéines, animales ou végétales. J’avoue abuser du saumon, mais aussi des fruits secs. Et mon péché mignon, c’est le chocolat !

En matière d’équipement : il ne faut pas hésiter à se faire conseiller. Les vendeurs des magasins de sport sont de plus en plus spécialisés. Il faut en profiter. Une fois le matériel acheté, il faut l’approuver et se l’approprier, s’habituer à le porter. Il est indispensable d’avoir testé son matériel au préalable avant une compétition, quelle qu’elle soit.  Les « premières fois » ne doivent pas se faire sur une course, au risque d’avoir de mauvaises surprises.

En matière d’entraînement :

Premier conseil : Prenez plaisir à courir ! C’est le plus important ! Pour cela, courez comme vous l’aimez : en musique, en groupe… Variez vos terrains de jeu, explorez !

Deuxième conseil : Fixez-vous un objectif, même modeste. L’essentiel est de pouvoir se projeter, d’avoir un but à atteindre. Cela permet de s’entraîner plus durablement et de mieux progresser. Une fois l’objectif réalisé, vous en serez très fier et vous n’aurez qu’une seule envie : retourner courir !

Troisième conseil : Persévérez ! L’entraînement en course à pied est parfois ingrat. Quelquefois le résultat est long à arriver. Ne baissez pas les bras, la course à pied est le plus beau des sports. Soyez patient, vous y arriverez !

En compétition : lorsque vous prenez le départ d’une course, vous avez toujours un objectif à atteindre. Ne le perdez jamais de vue, c’est votre guide. Pendant la course, vous avez des passages à vide, mais ça ne dure pas. Vous avez également mille bonnes raisons d’abandonner. N’en faites rien, vous n’en serez que plus heureux dès la ligne d’arrivée ! Et si vous avez mal, dites-vous que les autres aussi souffrent, tous sans exception, du premier au dernier. Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à préparer mentalement votre course, avec ses passages douloureux mais surtout avec ses plus beaux côtés. Pendant les semaines qui précèdent, visualisez votre course, créez-vous des images positives et prenez confiance en vous. »

 

 

 

Publicités