Des visages illuminés d’un sourire, des bras qui se lèvent vers le ciel, des médailles qui brillent sous les spots tandis que résonnent les hymnes nationaux. Mais aussi les larmes de déception, les sorties par la petite porte, les blessures qui font mal à l’âme et au corps. Les Jeux Olympiques – qu’ils aient lieu à Sotchi ou ailleurs – se parent d’une magie unique, celle-là même qui auréole la participation à une olympiade d’une aura toute particulière.

Lorsque je regarde d’un oeil (plus ou moins intéressé) les différentes épreuves, de la descente de ski alpin à la luge en passant par le short track et le curling, je ne peux m’empêcher de penser à une jeune discipline qui aurait une place légitime dans cette immense fête des sports d’hiver : le trail blanc. Par essence lié à la neige, le trail blanc pourrait faire entrer la course à pied dans un univers dont elle est exclue. Il permettrait de valoriser une pratique en plein essor et de refléter l’engouement mondial pour la course nature. J’imagine tout-à-fait un parcours de trail running aux J.O. : un joli circuit à parcourir plusieurs fois, n’en déplaise aux puristes (la médiatisation implique forcément des concessions), un itinéraire montagnard avec passages techniques, montées raides et descentes rapides, une arrivée sous les objectifs des caméras et des appareils photos du monde entier… Ne serait-ce pas là une reconnaissance formidable du trail running ? Ne serait-ce pas une belle manière d’introduire de la diversité dans les disciplines des J.O. d’hiver ? Surtout, en quoi le trail blanc ne serait-il pas moins légitime que le curling ou le skeleton ? Bien entendu, les partisans du ski joëring, des courses en traîneau à chiens ou du polo sur neige pourraient réclamer, eux aussi, l’entrée de leur activité favorite au programme olympique. Mais pourquoi ne pas ouvrir la porte à ces disciplines, anciennes ou récentes ? Les J.O. ne sont certes pas un vaste fourre-tout, mais les arbitrages en matière d’introduction de nouvelles épreuves me laissent plutôt dubitative.

Alors, oui, je continue à rêver d’un trio de trailers sur le podium olympique. J’imagine même qui pourrait prétendre au titre suprême. Pas vous ?

Publicités