Au bout d’une perche, un homme se cabre, se courbe, s’étire… et passe au-dessus d’une barre dont la hauteur donne le vertige : 6,08 m. Dans le sillage aérien de l’ukrainien Sergueï Bubka, Renaud Lavillenie ne saute pas à la perche : il vole. Le champion olympique grignote les centimètres et flirte désormais avec le graal : les mythiques 6,15 m de Bubka.

Tandis que Renaud Lavillenie joue sur le sautoir de Bydgoszcz (à vos souhaits !), Yohann Diniz efface avec plaisir et facilité le record de France du 5000 m marche en salle. Dans son jardin, à Reims, le double champion d’Europe signe un joli 18’29″44 et renoue avec l’une de ses qualités premières : la vitesse. Dans son viseur, deux objectifs planétaires : les championnats du monde en 2015 et les Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Enfin, l’annonce de l’IAAF résonne dans le monde du trail running : en 2015, la Tecnica Maxi Race d’Annecy sera le support des championnats du monde. Avec un itinéraire prometteur (environ 85 km et 5200 m de dénivelée positive tracés dans les massifs environnant le lac d’Annecy), les mondiaux seront (enfin !) une épreuve de montagne où les concurrents devront faire preuve de toutes les qualités spécifiques aux trailers en exprimant leur talent de grimpe, de descente, de vitesse et d’évolution en terrain technique – voire en milieu hostile, si l’on se souvient de l’annulation de l’épreuve en 2013 pour cause d’enneigement et de terribles conditions météorologiques.

Alors, oui, cette semaine de trail et d’athlétisme me réjouit ! Parce qu’elle témoigne du dynamisme sportif dont la France peut être capable. Parce qu’elle prouve que la persévérance, la volonté, le travail, mais aussi les remises en question sont synonymes de progression et de réussite. Et parce que les performances et les événements d’exception se parent d’une précieuse vertu en ces temps socio-économiques difficiles : nous faire rêver.

Publicités