1

L’envers du dossard

Un rectangle de papier. Parfois un peu cheap, parfois carrément sophistiqué avec puce intégrée, revêtement imperméable et structure indéchirable. Au recto, un numéro esseulé, ou bien accompagné de votre prénom, du logo d’un sponsor et même du profil de la course.

Un dossard est tout ce qu’il y a de plus anodin et de plus familier pour le compétiteur régulier. Son prix suscite souvent les critiques : « Ils abusent, ça fait plus d’un euro le kilomètre ! Ils se gavent bien sur notre dos, quand même… » Mais qu’y a-t-il derrière le prix d’un dossard ? Certainement pas seulement le coût de trois morceaux de rubalise, de deux quartiers d’orange et d’un rectangle de papier imprimé. Explications par l’exemple avec l’Echappée Belle, ultra traversée du massif de Belledonne (au passage, merci à Florent Hubert de sa coopération et de sa transparence !). 

Créée en 2013, l’épreuve iséroise L’Echappée Belle s’est immédiatement affirmée comme l’un des ultras les plus beaux, mais surtout les plus exigeants. Le massif de Belledonne offre des terrains d’une haute technicité et des sentiers d’altitude isolés, difficiles d’accès. Autant dire qu’organiser une course traversant l’intégralité de la chaîne, de Vizille (Isère) à Aiguebelle (Savoie) était un sacré pari pour la poignée de passionnés à l’origine du projet. Cinq ans après sa naissance, L’Echappée Belle est toujours portée par une association dénuée de visée lucrative. En 2017, le dossard pour les 144 km et 11 100 m D+ en solo coûte 170 €. L’inscription pour les 85 km s’élève à 90 € et à 55 € pour les 47 km.

Au-delà du montant que le coureur doit débourser pour participer, il convient de considérer les services offerts aux concurrents. Sur L’Echappée Belle, le tarif inclut une dotation de départ, un lot finisher, le suivi live et le chronométrage, un petit déjeuner au départ, des ravitaillements sur le parcours, un repas et une boisson d’arrivée, un dispositif de premiers secours, un road book, un sac d’allègement et l’accès aux photos HD. Bref, ce qui semble cher au départ recouvre en réalité une belle palette de prestations. Cependant vous pouvez vous-même faire le compte et mettre en regard ce que vous payez et ce que vous recevez en échange. Mais ce que vous ne savez pas, c’est la montagne de frais (et de responsabilités !) que l’organisateur doit assumer.

 

Ce graphique témoigne de la prédominance de quatre postes budgétaires principaux : la sécurité, les services aux coureurs, les frais directement liés à la course et la communication. Néanmoins, même en détaillant ainsi les dépenses que doit assumer l’organisation, l’analyse reste incomplète. Comme l’affirme Florent Hubert, président de l’association organisatrice de L’Echappée Belle, « il faut bien distinguer un trail d’un autre car tout dépend des subventions et sponsors, de la nature du parcours – une boucle coûte moins cher qu’une traversée, par exemple – et du type de territoire sur lequel on évolue. Ceux qui voudraient que les courses soient moins chères ont tort. Pas cher est synonyme de système D, donc de risques de problématiques non gérées, de nuisances pour l’environnement… et donc, à terme, de contraintes et restrictions accrues sur notre sport et notre pratique. » En attendant, chacun reste libre de choisir les courses auxquelles il participe, donc d’encourager – ou pas – une certaine philosophie de l’organisation.

 

Publicités
0

La course à la ruine

Savourez chaque foulée. Dégustez chaque mètre, chaque kilomètre. Appréciez l’organisation : le retrait des dossards (et bien souvent sa file indienne interminable), le cadeau participant mémorable (hop ! voilà le 67ème tee-shirt pseudo-technique de votre collection !), les ravitaillements gastronomiques (aaaah, les Tuc et les abricots secs soufrés, quel festin…) ou encore la ligne d’arrivée et son arche gonflée à l’air pulsé. Non, franchement, y’a pas à dire, participer à un trail, c’est quand même une expérience qui vaut son pesant de fruits secs. D’ailleurs c’est pour cela que nous sommes des milliers à épingler chaque week-end un morceau de papier sur nos maillots, complètement bousillés à force de planter dans leurs mailles fragiles ces pointes métalliques qui rappellent aux coureurs formés dans les clubs d’athlétisme les bons vieux souvenirs des cross boueux. Ne vous y trompez pas : derrière mon ton quelque peu ironique, se cache une grande passion pour le trail. Je suis la première à foncer sur une ligne de départ pour vivre ces émotions uniques que procure le sport de compétition.

Issue de l’athlétisme, j’ai connu les circuits de cross où la souffrance prédominait, le plaisir consistant essentiellement à partager des dimanches mémorables avec les copains. Forts de notre licence FFA, nous ne payions pas un centime pour fouler les kilomètres de boue. Pendant des années, je n’ai jamais déboursé un sou pour marcher sur les pistes en tartan ou les routes qui accueillaient les championnats et meetings officiels. Ce n’est qu’en débarquant dans l’univers du trail en 2011 que j’ai découvert la manne kilométrique. Avec l’augmentation des contraintes imposées aux organisateurs (notamment en matière de sécurité), la difficulté à nouer des partenariats et le succès croissant du trail auprès du public, les tarifs ont connu une inflation sensible. Il est désormais banal de payer plus d’un euro le kilomètre. Il fut une époque où l’on s’en offusquait un peu. Aujourd’hui, le t12235-no6ahnrailer sait qu’un dossard a un prix (élevé). Et que courir en pleine nature n’est pas (ou plus) une activité bon marché. Oh, bien sûr, il y a toujours les puristes et les anciens qui défendent une pratique dénuée de tout le déguisement du trailer. J’ai en tête quelques connaissances qui, il y a une trentaine d’années, crapahutaient en montagne en short et tee-shirt pendant de trèèèès longues heures, sans sac d’hydratation, sans montre GPS, sans manchons de compression, sans ravitaillement. Je sais aussi que certains trailers de haut niveau actuels défendent l’esprit de la course de montagne qui reste à l’écart des enjeux commerciaux.

Non, on ne réécrira pas l’histoire et on ne changera pas le monde en pleurant sur un passé, voire sur des valeurs, disparus. Toutefois je ne peux m’empêcher d’être légèrement révoltée par les modalités de l’UTWT 2017 récemment dévoilées. En effet, l’une des deux courses phares (i.e. celles qui permettront d’engranger le plus de points) n’est autre que le Marathon des Sables, épreuve onéreuse s’il en est. Certes un programme de soutien aux athlètes Elite est proposé par l’UTWT pour aider les concurrents à voyager et participer aux courses, mais quid des autres participants ? Le trail running s’écarte progressivement de la nature foncièrement démocratique de la course à pied, ce sport d’une simplicité extrême qui est souvent pratiqué dans le monde sans le moindre équipement. Pour vivre des événements hors normes, il ne faut plus seulement être en bonne santé physique, il faut surtout avoir le portefeuille bien rempli. La previewsélection commence par le compte bancaire. Oui, certaines épreuves exigent de lourds investissements liés à la logistique ou la sécurité. Oui, les structures professionnelles deviennent nécessaires dès lors qu’un événement franchit certains seuils de taille, ce qui implique des bénéfices pour rémunérer ceux qui travaillent dans ces organisations. Oui, partir courir à l’étranger est un privilège qui n’a jamais prétendu être accessible au plus grand nombre (d’ailleurs, combien de Français ne partent-ils jamais en vacances, faute de moyens ?). Mais non, il n’est pas très normal à mes yeux que certains profitent de l’engouement pour le trail en faisant fonctionner à plein régime le tiroir caisse, qu’ils s’agisse d’ailleurs d’organisateurs ou de marques de matériel. Au-delà du fait que leur état d’esprit s’oppose singulièrement aux valeurs du sport, je suis navrée de constater que c’est toujours le pratiquant qui en fait les frais. Ce n’est plus de la course à pied, c’est la course à la ruine !

P.S. : Evidemment, je n’oublie pas tous les acteurs du sport qui défendent une approche respectueuse des pratiquants. Je pense notamment aux organisateurs qui restent attachés à une politique tarifaire raisonnable et permettent ainsi à tout un chacun de participer. Grâce à eux, la course à pied reste fidèle à son essence même : un sport populaire où la mixité dans toutes ses déclinaisons règne en maître.